Union Départementale des Syndicats CGT du Val-de-Marne
Vous êtes ici : Accueil » international » Contre la ratification du pacte budgétaire européen et pour l’exigence d’être (...)

Appel de la CE de l’UD CGT du Val-de-Marne du 11 septembre 2012

Contre la ratification du pacte budgétaire européen et pour l’exigence d’être consultés par référendum,

la CGT du Val-de-Marne appelle à participer massivement à la manifestation nationale du 30 septembre à Paris. - 13h30 Nation - Rendez-vous rue du Bel-Air

D 30 septembre 2012     H 14:42     A Union Départementale CGT 94     C 0 messages


télécharger le tract départemental

Consciente du lourd danger que représenterait, pour notre modèle social et l’avenir même de
l’Europe, l’application du pacte budgétaire européen (TSCG) rédigé en début d’année par
Nicolas SARKOZY et Angela MERKEL, la Cgt du Val-de-Marne s’était déjà prononcé dans
un communiqué datant du mois de mars contre la ratification de ce traité de super austérité.

Lors de la campagne présidentielle, l’actuel président de la République s’était engagé, s’il
était élu, à le renégocier le jugeant inacceptable. Plusieurs mois plus tard et après la tenue
du sommet européen de fin juin, force est de constater que mises à part les mesures
financières qui ont été prises pour « rassurer les marchés » et renflouer les circuits
financiers, responsables de la crise, ce traité reste inchangé, pas une phrase n’a été
modifiée !

Pire, le gouvernement envisage aujourd’hui de le faire ratifier par les parlementaires début
octobre en l’absence de tout débat public et dans un silence médiatique assourdissant.

Devant ce coup de force et ce renoncement présidentiel, la Cgt, à l’instar de la confédération
européenne des syndicats (CES), tient à réitérer sa totale opposition à la ratification de ce
pacte mortifère pour tous les salariés européens.

En outre, considérant que puisque l’engagement de révision de ce traité n’a pas été tenu,
que ce dernier aura de profondes incidences sur notre constitution (primauté des orientations
libérales européennes sur nos choix politiques hexagonaux), la Cgt du Val-de-Marne
réaffirme, avec plusieurs autres organisations, son exigence que notre peuple soit
informé et consulté par référendum.

Pour s’en convaincre, rappelons ici que, si ce pacte budgétaire européen était ratifié, toute
négociation sociale serait soumise à un contrôle des institutions européennes qui prônent, au
nom du dogme de la « réduction des déficits publics », la diminution des prestations
sociales, qui incite à la réforme du système de protection sociale, à la réduction des
dépenses publiques, qui proclame, rien de moins, qu’on ne peut entériner des
augmentations salariales supérieures à l’augmentation de la productivité dans chacun des
pays !

Autant dire, la généralisation et la sanctuarisation des politiques d’austérités qui partout en
Europe (Grèce, Espagne, Portugal, Italie) ne font qu’aggraver la régression sociale et
conduisent à la récession économique des états.

Chaque salarié comprendra ici pourquoi le MEDEF, la droite et les milieux financiers
appellent à signer des deux mains ce texte fait par et pour eux !

L’objectif est simple : faire
appliquer par l’Europe capitaliste les politiques destructrices que les Etats ne parviennent
pas à infliger à leur peuple de par l’impopularité de ces choix et les nombreuses résistances
et luttes qui partout se développent. Plus étrange, inquiétant et inacceptable est le choix du
gouvernement actuel de ratifier ce texte alors qu’il a été élu sur la base de la rupture avec les
choix politiques précédents et l’exigence de changement de cap politique !

Devant la gravité de ce projet, il n’y a pas de place aux renoncements ni à la résignation !

La Cgt n’a pas changé d’avis. Contre les exigences de la finance et l’enfoncement dans la
crise, il faut s’engager vers des politiques de rupture qui donnent la priorité au
développement humain et soutiennent le pouvoir d’achat et la création d’emplois par une
autre répartition des richesses.

Il faut d’urgence renégocier les traités européens, adopter une clause de progrès social qui
soit réellement contraignante.

Les salariés européens n’ont pas besoin de davantage de discipline budgétaire, d’austérité
et de mise concurrence, mais de solidarité, de coopérations, d’harmonisation sociale. Tout
l’inverse de ce pacte austère qui aura de graves conséquences dans le quotidien des
salariés si celui-ci était ratifié.

Nous ne laisserons pas faire et engageons dès à présent une vaste campagne d’information,
d’explications, d’interpellation des parlementaires, de pétitions et de mobilisations des
salariés contre ce traité européen.

Nous invitons tous les syndicats et syndiqués de la Cgt de notre département à se saisir de
cet enjeu, à en débattre autour d’eux, à faire massivement signer notre pétition nationale, à
faire grandir l’exigence démocratique et citoyenne d’être consulté par référendum sur ce
traité européen et à travailler à la réussite de l’importante manifestation nationale du 30
septembre à Paris.

Nous prenons toutes les dispositions nécessaires pour rencontrer nos homologues
syndicaux afin d’aboutir à une vaste riposte unitaire dans le Val-de-Marne. Nous invitons
tous les syndicats et structures à engager sans tarder la même démarche et les mêmes
efforts de rassemblement.

Soyons nombreux, confiants et visibles
le 30 septembre prochain à Paris
pour s’opposer à la ratification du pacte budgétaire
européen !

Créteil, le 12 septembre 2012

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message