Union Départementale des Syndicats CGT du Val-de-Marne
Vous êtes ici : Accueil » vie de l’ud » Les documents de la Commission Exécutive du 13 septembre

Les documents de la Commission Exécutive du 13 septembre

D 22 décembre 2016     H 11:23     A Union Départementale CGT 94     C 0 messages


L’ordre du jour de notre CE aujourd’hui étant relativement chargé mon rapport ne brossera pas de façon exhaustive l’actualité politique de la période.
Néanmoins certains évènements significatifs sont survenus ces dernières semaines. Et au premier desquels le décès de Fidel Castro, figure emblématique s’il en est une de la révolution cubaine et de la lutte contre l’impérialisme américain notamment. Que retenir de cet homme devenu un symbole ? Il serait trop long, et ce n’est peut-être pas le lieu, de rappeler ce que les engagements et la vie de Fidel représentaient pour les cubains et nombre d’entre nous. Et surtout cela pourrait lancer un débat entre nous que nous n’avons pas le temps de mener aujourd’hui. Je me contenterai donc simplement d’évoquer les réactions des médias du Capital à l’annonce de sa mort, pour dépeindre l’homme et ce qu’il représente par effet de miroir. Et encore une fois c’est par l’outrance et la haine de classe que les pseudos journalistes et experts se sont distingués : « criminel, dictateur sanguinaire à l’égal de Staline », « les cubains font semblant de pleurer mais jubilent intérieurement » : les non-arguments les plus crasses tournent en boucle. Et la palme de la malhonnêteté intellectuelle et de la malveillance de classe revient sans doute à Claude Malhuret, Sénateur les républicains et maire de Vichy (sans doute a-t-il choisit cette circonscription par adhésion idéologique à son passé) « Un cinquième du peuple cubain exilé, dont des milliers de morts en mer, des dizaines de milliers d’autres vies perdues par la misère, la malnutrition, le désastre économique causé par le communisme qui fut, avec le nazisme, l’un des deux plus grands fléaux du XXème siècle ». Imputer le résultat de l’embargo américain au communisme cubain et comparer ce dernier au nazisme et tout cela dans l’hémicycle du Sénat, il fallait oser ! (mais c’est à cela qu’on les reconnait parait-il !). De tels tombereaux d’insultes de la part de ces sbires du Capital auraient suffi à m’inspirer un profond respect pour le révolutionnaire cubain. Je préfère tout de même retenir les propos de Nelson Mandela « Nous sommes ici avec le sentiment de l’énorme dette que nous avons contractée envers le peuple cubain. En Afrique, nous sommes habitués à être les victimes des pays qui veulent s’emparer de notre territoire ou supprimer notre souveraineté. Dans toute notre histoire, l’intervention des troupes internationales cubaines est le seul cas où des étrangers se sont battus pour défendre un de nos pays ».
Alors qu’en Europe les sociaux-démocrates appliquant avec zèle l’austérité continuent de prendre gifles électorales sur gifles électorales, comme en Italie très récemment, en France a débuté le grand Magic Circus des présidentielles de 2017. Les primaires à Droite ont lancé le bal avec l’intronisation du clown triste Fillon dont le programme ferait plutôt pleurer que rire : 100 milliards d’économie sur les dépenses publiques, 500.000 fonctionnaires en moins, recul de l’âge de la retraite, suppression de l’ISF, fin des 35h etc… On a également eu droit au tour de piste de Macron ce WE qui lui prône le passage d’ « une société de statuts à celle des sécurités individuelles », au transfert de l’enseignement professionnel aux régions, un régime universel des retraites, baisse des cotisations patronales, et plus généralement de s’attaquer à notre modèle social hérité de 1945. En attendant l’entrée en scène de Valls et de ses consorts du PS (consorts, en un seul mot), lâchés en rase campagne par le contre-pitre Hollande, vous savez ce clown dont toutes les initiatives se terminent en catastrophes, on peut être surs d’une chose, c’est que les temps à venir appelleront de grandes luttes. Jamais, dans notre histoire récente, nous n’avions eu une telle offensive programmée contre le monde du travail et plus généralement contre toutes les solidarités qui sont censées fonder notre modèle social. Autre dénominateur commun de ces pantins de la finance, c’est de tout mettre en œuvre pour éradiquer les syndicats de lutte, la CGT en tête, ils l’ont tous clairement exprimé. On se le répète souvent, mais mieux vaut trop que pas assez, notre responsabilité est grande et il va falloir se serrer les coudes et garder nos manches retroussées tant on nous promet l’enfer.
Les luttes syndicales n’ont d’ailleurs pas cessées d’être menées ces dernières semaines. Dans les hôpitaux, comme à Emile Roux par exemple, chez les postiers, à la Banque de France, dans l’énergie. Bien sûr tout cela manque d’ampleur et de coordination face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés, mais cela reste un témoin fort du climat dans lequel nous sommes. Cela conforte d’ailleurs l’esprit de notre résolution adoptée au dernier Comité Général. L’avoir adoptée c’est bien, mais maintenant reste à la faire vivre en la diffusant le plus largement possible afin d’en débattre dans nos syndicat. Ne serait-il pas non plus intéressant de la faire connaître à la CEC ?

PDF - 53.5 ko
Introduction aux débats
PDF - 86.6 ko
Compte-rendu des débats
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message