Union Départementale des Syndicats CGT du Val-de-Marne
Vous êtes ici : Accueil » Collectifs CGT 94 » droits » Goodyear : relaxe et amnistie pour les militant-e-s !

Nouveau rendez-vous le 11 janvier 2017, rendu du délibéré

Goodyear : relaxe et amnistie pour les militant-e-s !

Mercredi 19 octobre, tous à Amiens pour soutenir les Goodyear !

D 19 octobre 2016     H 10:51     A Union Départementale CGT 94     C 0 messages


agrandir

230 militants syndicaux du Val-de-Marne à Amiens ont participé au rassemblement d’Amiens le 19 octobre pour demander la relaxe des huit de Goodyear. La première victoire de ce rassemblement, c’est que le réquisitoire n’a évoqué ni prison ferme ni mise à l’épreuve. Le délibéré sera rendu le 11 janvier 2017.

Voir la vidéo de l’équipe de Daniel Mermet

250 militants CGT du Val-de-Marne participent au rassemblement en soutien aux syndicalistes de Goodyear à Amiens aujourd’hui.

Les 19 et 20 octobre, huit militants CGT de GOODYEAR sont convoqués devant la Cour d’Appel d’Amiens.
En janvier, Ils avaient été condamnés à 24 mois de prison dont 9 mois fermes assortis d’une mise à l’épreuve de 5 ans pour avoir défendu leurs emplois et ceux de leurs collègues. Cette procédure judiciaire avait été enclenchée par le Procureur de la République d’Amiens alors même que la direction de Goodyear avait retiré sa plainte.

Cette affaire est une nouvelle preuve de criminalisation de l’action syndicale, pour laquelle le gouvernement a une lourde responsabilité. La promulgation de l’état d’urgence a, de fait, renforcé les attaques contre les libertés individuelles et collectives fondamentales. La longue liste des militants de la CGT convoqués devant les tribunaux est dramatique : ce sont les fondements mêmes de notre démocratie qui sont atteints lorsque les libertés syndicales sont attaquées avec une telle violence.
Ainsi, dans le Val-de-Marne, c’est un militant du syndicat des Territoriaux de Villejuif, arrêté lors d’une manifestation contre la Loi Travail, qui est actuellement inculpé de … « réunion en bande armée » !

Face à cette volonté clairement affichée de criminalisation des militants syndicaux, la CGT a décidé de faire de la journée du 19 octobre un temps fort de sa campagne pour les libertés syndicales.
La CGT Val-de-Marne avait pour objectif de faire participer 150 de ses adhérents au rassemblement d’Amiens, c’est finalement 230 militants du Val-de-Marne qui partiront à ce rassemblement.

Cela témoigne de l’engagement résolu des militants CGT à ne pas laisser faire ni banaliser cet accroissement évident de la criminalisation de l’activité syndicale. Après Amiens, toute la CGT 94 se retrouvera prochainement autour de notre camarade Laurent !

Créteil, le 17 octobre 2016

Après le procès de seize salarié-e-s d’Air France au Tribunal de grande instance de Bobigny, et l’audition d’un camarade, ancien secrétaire général de l’UD du Rhône, à Grenoble, le 27 septembre dernier, a lieu le 19 octobre, le procès en appel des Goodyear. L’objectif de la CGT Val-de-Marne de faire participer 150 militants au rassemblement devant le Tribunal d’Amiens est largement dépassé puisque nous avons au 5 octobre, 196 inscrits. Départ de la Maison départementale des Syndicats Michel Germa à Créteil, à 6 heures ; un car partira de Fontenay-sous-Bois (information à venir).

Lire le communiqué commun du syndicat CGT Goodyear, de la Fédération CGT des Industries Chimiques, de la Confédération CGT.
Appel de la Fédération CGT Santé

PDF - 501.6 ko
Appel Fédération Santé

Cinq manifestants ont été condamnés à de la prison avec sursis, mardi 5 octobre, pour avoir commis des violences à l’occasion d’une journée d’action contre la loi travail à Lille à la fin du mois de juin. Voir l’article du Monde et ci-dessous le communiqué de la Fédération des transports.

PDF - 32.3 ko
Communiqué CGT Transports

Les attaques aux libertés syndicales qui peuvent aller jusqu’à la répression et la criminalisation de l’action syndicale sont parfois insidieuses et sont toutes inacceptables :
• Discrimination syndicale ;
• Entrave au libre exercice de l’activité syndicale ;
• Atteinte à la liberté d’expression ;
• Fermetures de bourses du travail ;
• Atteintes au droit de grève ;
• Sanctions disciplinaires déguisées ;
• Dénigrements publics des syndicats par le Medef et le gouvernement ;
• Autorisations de manifester en « liberté surveillée » dans le contexte d’État d’urgence ;
• Condamnation de militant-e-s en correctionnel.

Le grand patronat ne tolère pas les capacités d’organisation des syndicats. Il essaie d’enfermer l’activité syndicale dans un cadre institutionnel, d’accompagnement des réformes et de la casse des entreprises et du secteur public.
Cette répression syndicale remet en cause le syndicalisme de luttes et de propositions, le syndicalisme indépendant qui donne une place centrale à l’expression des salarié-e-s et à la construction des rapports de forces.
Notre liberté d’adhérer au syndicat de notre choix, tout comme le droit de grève sont des droits fondamentaux inscrits dans la constitution.
Nous devons quel que soient l’entreprise, le service, le territoire, défendre les libertés syndicales pied à pied, ne rien lâcher.
À Amiens, et sur tout le territoire, mobilisons nos forces pour exiger le respect des libertés syndicales, l’arrêt des poursuites judiciaires pour toutes et tous les camarades incriminés injustement, une loi d’amnistie pour celles et ceux déjà condamnés, la mise à disposition de locaux syndicaux et de bourses de travail à titre gracieux dans les collectivités territoriales…

Autres affaires en cours actuellement :
- Nord : le 30 septembre, mise en garde à vue de notre camarade René Gobert,
secrétaire général du syndicat CGT des Territoriaux d’Hénin-Beaumont.
Cette garde à vue serait consécutive à une plainte déposée par le maire FN
d’Hénin-Beaumont relativement à des contenus mis en ligne sur Facebook par
notre camarade.
- Loire : Céline SOULIER, déléguée syndicale CGT à Ikea St Etienne, est sous le coup d’une honteuse procédure disciplinaire, montée de toutes pièces, pouvant entraîner des sanctions et aller jusqu’au licenciement ; elle est convoquée à un entretien préalable le mardi 4 octobre prochain.

PDF - 159.2 ko
Motion de soutien (CGT 63)
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message